La Chronologie

La fin de l’âge d’or (jusqu’en -10 000): Il y a près de 80 000 ans un grand cataclysme toucha la terre. Personne ne se rappelle comment, ni pourquoi cela arriva mais les grands empires de Thulée, d’Atlantide, de l’Hyperborée dirigés par les Faes, et celui de Mü dirigé par les dragons, disparurent définitivement, ne laissant derrière eux respectivement que le désert saharien, la faille Atlantique, le grand désert Antarctique et une jungle luxuriante. Depuis ce cataclysme, les portes vers les quatre Enfers, le plan où vivent les Deimons, les flux magiques sont coupés et seules les émotions de cette sorte de singe savant, l’être humain, semblent être capable de nourrir le lien qui unit les Faes à leur source de pouvoir. La situation était tout aussi critique pour les Géants qui tombaient en torpeur les uns après les autres. Du fait du fort refroidissement climatique, les Dragons se réfugient au plus profond de la Terre, proches du manteau magmatique. En somme : l’apocalypse c’était une chose, en gérer les conséquences fut bien plus compliqué. Et ce pendant près de 70 000 ans.

Le temps des héros (-10 000 à 400) : C’est à partir de cette époque que les Dragons revinrent à la surface et que les premiers Épiphanes apparurent. Ces Faes d’un nouveau type intriguent et font se poser beaucoup de question à la communauté du Sidhe. Comment se peut-il qu’un être si frustre, qu’un humain, devienne une créature égale en puissance à un Puck voir à un Tuatha ? Les hypothèses les plus folles ont été formulées à cette époque, se basant sur la capacité des humains à générer de la magie sans être capable de la diriger. Nombres de légendes sont nées lors de cette période, Cuhulain, Gilgamesh, Alexandre le Grand, Jésus… enfin vous voyez le genre de gonz, ceux qui faisaient de grandes choses et qui dès qu’ils reviennent de quelque part, hop ! Un monomythe se construit, si ce n’est pas carrément une religion. De l’avis de Jésus, son épiphanie était un pur incident et il s’en serait bien passé.

La période Arthurienne et ces conséquences (400-800) : L’histoire d’Arthur Pendragon roi de Bretagne, quête du Graal tout ça, tout ça, tout le monde connaît ! Mais ce que tout le monde ne connaît pas, ce sont les motivations profondes de la quête du Graal.

Arthur est né humain, d’un père Tuatha qui chercha à le tuer et d’une mère humaine qui chercha à le protéger en le vendant comme esclave à Rome. Oui, la logique d’Ygerne échappe encore à beaucoup de monde, mais de toute façon, quelle que soit notre puissance, nous sommes bien incapables de changer le passé. Ainsi le jeune Arthur vécu en esclave, jusqu’à s’élever au rang d’homme libre et affranchi par la force de sa volonté et du sang “elfique” qui coulait dans ses veines. Enfin bref grâce à son épée mythique, Cona… euh Arthur devint roi de ses propres mains (j’ai l’impression de reprendre cette réplique de quelque part mais je ne sais plus d’où…).

Poussé par la vengeance, vengeance contre la noblesse Tuatha dont été issus Uther, ce père infanticide, et vengeance contre les humains qui l’avait traité lui, un être supérieur, comme un esclave, Arthur résolu de gagner en puissance et d’étendre son influence tant en tant qu’humain qu’en tant que Fae. Il entreprit de récupérer les artefacts les plus puissant du peuple du Sidhe afin de les écraser et pour cela manipula sans vergogne des humains fanatisés à sa cause. Devant la sagesse, le charisme ainsi que la force surnaturelle du monarque, tous pliait les genoux, humain comme Fae. Le salut vint de Morgane. Il est difficile de lui refuser quelque chose et lorsqu’elle exigea d’Arthur un fils, il n’eut pas vraiment d’autre choix que de plier et de se tendre, si vous me permettez l’expression.

Quand Mordred naquit, il était en tout point semblable à son père et fut donc envoyé en Assyrie et en Constantinople afin de parfaire sa formation martiale car, il le savait, son destin était de tuer son père. Après la victoire de Mordred sur Arthur il fut résolu de confier la captivité ainsi que la garde de celui-ci à sa propre “famille”. Il fut aussi résolu de former les quatre grandes maisons sabbatiques ainsi que le Tribunal, dans le but avoué d’éviter un débordement total de certains faes qui deviendraient des chefs de nations et mettraient le pouvoir des autres en danger.

La régence fut confiée, pour la Maison Beltain, maison du printemps du renouveau et de la naissance, à Titania et Obéron, deux Tuathas protégés par Pan et Hécate, derniers témoins muets des anciens temps. A la tête de la Maison Lugnassad, maison des abondances et de la récolte ainsi que de la guerre, fut mis Jésus Christ de Nazareth ainsi que sa plus proche amie, Marie-Madeleine, ils sont tous les deux épaulés dans cette lourde tâche par Merlin et Viviane, jugés responsables de la prise de pouvoir trop importante d’Arthur. A la Maison Samain, maison de la fin du parcours, du mystère et des faux semblants, l’on fournit en tant que dirigeant Odin ainsi que Thor son fils, Sif ainsi que Heimdall les secondent dans cette tâche. Et pour clore la boucle des saisons et des sabbats, la Maison Imbolc sous la direction sévère de Mordred et Morgane, se doit d’assurer le souvenir et l’espoir d’un renouveau prochain dans le printemps, Izanagi et Izanami sont leur deux conseillers privilégiés car étant eux aussi de très anciens Tuathas étant à l’origine de la fameuse épée que porte Mordred depuis sa victoire sur son père : Excalibur, de son nom d’origine : Totsuka.

L’organisation de la société reposait sur l’établissement dans les territoires peuplés d’humains d’établir des domaines, dirigé par un ou plusieurs Tuathas afin d’accueillir au plus près des populations humaines les créatures du Sidhe. Donc voilà qu’après près de 100 ans de guerre totale la société du Sidhe vécut pratiquement dans la paix pendant près de 300 ans jusqu’aux jours de Ragnarock.

Le Ragnarock (800-1100) : 300 ans de paix, suivi de 300 ans du plus grand conflit que nous ayons engendré directement. Les dirigeants de la Maison Samain entrèrent en conflit direct avec le reste du Sidhe, afin de prendre le pas sur tous les autres chefs de maison. Ils se dotèrent pour cela d’armées morte vivantes qu’ils nourrissaient en les envoyant au combat contre le peuple qui les vénérait comme étant des dieux. Ce peuple se résolu à non pas fuir mais à abandonner leurs terres infectées et malade pour en trouver d’autres partout ailleurs dans le monde se jurant de revenir combattre les hordes hideuses de Odin.

300 ans de massacres et de luttes fratricides pour empêcher que le secret de notre existence soit révélé aux humains. 300 ans qui se terminèrent par une sacrée bataille opposant Jésus à Odin se disputant la lance du destin. Mordred se battit en duel contre Thor et Frey, retenant tant bien que mal la poussée des engeances maléfiques, formoires et autres que Loki jugea bon de libérer pour le dernier baroud d’honneur.

Quand, dans la plaine gelée de l’antarctique, ancien lieu de la cité de l’Hyperborée, le calme revint, les armées mortes vivantes étaient défaites. Nombres de géants et demi-géants avaient chus sous les coups des non-morts. Les engeances enfermées, il fut remis les rênes de la maison Samain à Alberich des Nibelungen, à la surprise générale. Il est, de prime abord, assez rare qu’un firbolg arrive à drainer par lui-même suffisamment de pouvoir pour se suffire à lui-même, alors de là à lui confier la responsabilité d’environ un quart de notre peuple il y a quand même un monde. Mais le Tribunal est souverain dans ses décisions et elles sont indiscutables.

Le temps des complots (1100-1870) : En à peine 600 ans d’existence, notre société n’a démontré qu’une chose : son incapacité à apporter une paix durable aux peuples du Sidhe. Les croisades qui opposèrent les maisons Lugnassad et Imbolc, les guerres de religion au nom de la domination de Samain sur l’ensemble des chrétiens, les massacres de chamans et de sorcières perpétrés par les protestants sur le sol américain, sont autant d’actes des hommes pilotés pour les intérêts des dirigeants des 4 grandes maisons. La situation aurait pu être acceptable s’il en était resté ainsi. Mais une espèce de créatures franchit un jour la ligne rouge à ne pas dépasser avec les humains.

Ces créatures sont, ou plutôt devrais-je dire étaient, les dragons bleus. Nobles et puissants, ils étaient les héritiers des dirigeants de l’empire de Mü, mais le pouvoir sur leur propre peuple ne leur a pas suffi. Ils décidèrent que les cours humaines européennes devaient leur appartenir et être fidèles à leur autorité. C’est pourquoi, patiemment, petit à petit, les têtes couronnées de l’Europe et de l’Asie furent remplacés par des dragons sous apparences humaine. Citons par exemple la dynastie Tudor en Angleterre, celle des Bourbons en France, des Romanovs en Russie, ou des Qings en Chine.

Alertés par cet état de fait, les Faes, en collaboration avec les Deimons issus de l’Akcher, décidèrent d’intervenir. C’est ainsi que, aidés de Dragons opposés aux bleus, ils créèrent l’akcherite. Cette substance de couleur violette et d’aspect cristalline, soluble dans l’eau, fut la perte des Dragons bleus. L’akcherite a en effet la propriété d’empêcher la transformation d’un dragon en monstre saurien cracheur de feu, mais aussi d’être extrêmement addictive et de recouvrir les écailles du dragon d’une pellicule pareil à de l’or. Que demander de plus, pour plaire à une bande de nobles décadents n’ayant plus d’autres activités que de démontrer à leurs voisins qui est le plus riche, puissant, impressionnant, populaire, courtisé et j’en passe ?

Quoi qu’il en soit, l’ingérence continuelle et les dépenses inconsidérés des sang bleus pour se fournir en akchérite conduisit les peuples humains que les Dragons devaient diriger à les détrôner, et ce sans presque aucune intervention des autres races du Sidhes. Pourtant certains Dragons aujourd’hui semblent regretter leur ancienne noblesse décadente.

Le temps des hommes (1870-aujourd’hui) : Voilà plus de 100 ans que la première grande guerre humaine a été déclarée, voilà plus de 100 ans que nous avons perdu une grande partie de notre influence sur la race humaine, nous tous, Faes, Dragons, Géants, Deimons. Au début, la guerre de Prusse apparu comme un incident mineur, maîtrisable. Nous n’avons pas su anticiper qu’à notre contact, même lointain, les humains deviendraient semblables à nous autres, revanchards, calculateurs et territoriaux. La révolution industrielle avait tué les légendes et les religions, et la plupart d’entre eux, désormais, mettaient leur foi et espoir dans la science. Nous perdions pied dans cette société devenue entièrement la leur. Du statut de dirigeants de l’ombre, nous sommes devenus des parasites condamnés à aspirer leurs émotions pour survivre.

L’assassinat du duc d’Autriche plongea l’Europe dans le chaos le plus total, le charnier qui s’ensuivit faillit bien faire imploser les Quatre Enfers et plus spécialement l’Akcher. La révolution d’Octobre 1917 entraîna non seulement de nouveaux massacres de Dragons bleus débusqués par les militants bolchéviques, humains, faes et Dragons, mais aussi des révoltes en masse de Firbolgs contre leur maître Tuathas. La situation à l’Est de l’Oural devint problématique, car là-bas plus question de racialisme, la lutte des classes et son application avait conquis les êtres de toute nature.

Le premier carnage de l’histoire se finissait sur un bilan amer et hallucinant en terme de pertes humaines. Dix-huit millions de morts, des milliers de vies détruites, tant veuves et orphelins de guerre que gueules cassées et tout ça pour quoi me direz-vous ? Simplement pour le nouveau dieu de cette époque : l’argent. Oh il était présent bien avant. Demandez leur avis aux mayas et aux aztèques si vous en croisez mais jamais à ce point-là. Jamais il ne nous avait autant remplacé dans le cœur des hommes et surtout dans celui du peuple et le pire venait.

Les années folles, comme on les appelle furent une véritable bouffée émotionnelle salvatrice avant l’horreur ultime que fut la seconde guerre mondiale. Nous crûmes à notre fin à tous quand la Loge de Thulée (quelle audace d‘utiliser a cité des sages pour leurs sombres desseins) commença à rafler nos comparses. Faes, Dragons, Géants, Deimons tous y passaient. Nul n’était à l’abri. Au fur et à mesure les rafles se faisaient plus précises, un jour des firbolgs, un autre des dragons blancs, un autre des pucks. Sans doute avaient ils dû réussir à identifier notre diversité et nos capacités ethniques. Que se passait-il dans les geoles de la Loge ? Aucuns de ceux qui en sont revenus ne veulent en parler et il semblerait que cela continuera ainsi longtemps.

L’après-guerre fut une période encore plus morose, l’ennui et la désillusion rongeaient de plus en plus la société humaine et l’idée de lancer cette “course à la Lune” entre les deux grands blocs parut bonne et fit consensus au sein des instances dirigeantes de notre peuple. Les guerres intestines étaient définitivement enterrées, les conflits n’étaient plus que politiques, le temps des héros était définitivement derrière nous. Ne restait plus que la survie. Heureusement qu’il y avait eu l’invention du cinéma, l’explosion des genres musicaux ainsi que l’effervescence autour des arts en général pour nous garder de la destruction totale mais l’émotion n’est plus si pure, plus si naturelle, plus si nourrissante de nos jours. A tel point que nous avons pu constater une absence totale d’apparition de Tuathas depuis 1969.