Seelies & Unseelies

Les Faes sont tout à la fois seelies ou unseelies au fond d’eux. De leur âme s’exprime davantage l’une ou l’autre face de cette même pièce. Et cela transparaît différemment selon la caste à laquelle le Fae appartient.

Seelies

Les Seelies sont ce qu’on pourrait appeler les êtres de Lumière, ils sont souvent bienveillants envers les humains et aussi envers leur congénères. Il n’est aucunement question pour les Seelies de remettre en question l’ordre établi et la simple évocation de l’idée de révolte et d’insurrection leur est insupportable.

Chez les Tuathas

Être un Tuatha seelie c’est être noble, dans tous les sens que ce terme implique. Les Tuathas de nature seelie sont connus comme étant les Alfes de Lumière ou d’autres apparitions merveilleuses aux yeux des mortels. Ils sont légèrement pédants et souvent très fiers de leur personne.

Chez les Épiphanes

Un Épiphane de nature seelie est un héros aux yeux de la race humaine, voire un véritable messie.  Ces Faes dans leur vie de mortel n’ont jamais nourri de pensée mauvaise ou mesquine et maintenant qu’ils sont devenus ce qu’ils sont, ils se disent qu’ils auraient peut-être dû en profiter un peu.

Chez les Pucks

Esprits bienveillants qui président aux naissances, gardien des sources et des chaumières, yeux du jeune berger quand il s’endort. Les Pucks seelies aiment foncièrement les mortels et leurs congénères. Ils sont la vie, la lumière et la joie, toute fois tant qu’on ne les contredit pas sur les bonnes mœurs à avoir.

Chez les Firbolgs

Le Firbolg seelie cultive l’amour du beau. L’ordre et la rectitude de la nature l’émerveille constamment.  Quel apaisement on peut trouver dans la mécanique parfaite d’une horloge, le tintement régulier d’un pendule et le respect exact de la tessiture par un clavier de piano. Les seelies de cette Nature sont des artisans besogneux et méthodiques, à la limite du maniaque.

Unseelies

De “l’autre côté” de la Faerie sont les Unseelies. Le peuple de la nuit et des cauchemars. Bien souvent mesquins et retors ils sont aussi le symbole de l’indépendance la plus totale face aux normes rigoristes de leurs cousins Seelies. Les Unseelies repoussent constamment les limites pour savoir ce qu’il y a au-delà et une fois celles-ci dépassées ils recommencent…

Chez les Tuathas

Les sombres seigneurs Unseelies sont parmi les créatures les plus inquiétantes de ce monde. Ils inspirent la crainte et la peur auprès de tous ceux qui les fréquentent mais aussi une fascination sans borne. Leur état d’esprit oscille en permanence entre une jalousie maladive et l’assurance d’être ce qui se fait de mieux en Faerie.

Chez les Épiphanes

Chez les humains les Épiphanes unseelies sont synonymes de guerre et de destruction. Ils sont les champions des batailles, les Achilles, les Goliaths. Terribles dans leurs colères et dans leurs actes ils ont su tirer de leur humanité ce qu’il y a de plus monstrueux ainsi que de plus fascinant.

Chez les Pucks

Lutins malicieux, kobolds,  gobelins et nezumis, la caravane monstrueuse des Pucks unseelies ne s’arrête pas à une liste finie d’aberrations. Joyeusetés de la nature dans tout ce qu’elle a de plus débridée le Puck unseelie est une boule d’instinct de survie et de sauvagerie. Ils peuvent même être parfois très dérangeant en public puisque ne se connaissant aucune “limite”.

Chez les Firbolgs

L’art est aisé pour le Firbolg unseelie. Les limites sont faîtes pour être repoussées ? Non ! Elles ne sont que pure invention vous diront-ils. Les Firbolgs de cette Nature ne semblent pas effrayés par l’inconnu, le risque et même la laideur. Contrairement à leurs cousins seelies ils considèrent que le Chaos est une manière de créer et n’est donc pas foncièrement destructeur.